Chirurgie des Articulations Temporo-Mandibulaires

La chirurgie des articulations temporo-mandibulaires doit s’envisager lorsque les thérapeutiques non invasives (gouttière de repositionnement, rééquilibration occlusiale, rééducation) n’ont pu restaurer une fonction articulaire normale.

Persistent alors des craquements, claquements, blocages douloureux, sensations d’oreilles bouchées, migraines, quelques fois acouphènes et vertiges, tensions musculaires cervicales... Tous ces signes témoignent d’une non amélioration de la fonction articulaire.

La chirurgie peut restaurer cette fonction en repositionnant le ménisque et en modifiant légèrement les structures osseuses. Elle doit s’envisager dès l’échec des autres thérapeutiques pour intervenir sur des structures déplacées mais encore en bon état. L’attente conduit à la perforation des ménisques et à une modification importante des parties osseuses, rendant la restauration ultérieure de la fonction articulaire beaucoup plus difficile, d’autant plus qu’il n’y a pas ce jour de prothèse de remplacement satisfaisante.

Cette chirurgie nécessite :

- une hospitalisation de 3 jours

- un arrêt de travail de 30 jours

- une rééducation très précoce, comme dans toute chirurgie articulaire

- une nourriture molle pendant 3 semaines

- un suivi à quinze jours, un mois, trois mois, six mois et un an

Cette chirurgie précoce permet une restauration complète de la fonction articulaire. Naturellement les crispations musculaires responsables de la mise en charge excessive de ces articulations doivent être gérées par la suite ; la gouttière portée épisodiquement pendant les périodes de tensions, sert alors à protéger une articulation qui fonctionne bien.

 

Nos autres interventions :